Refaire ce monde

24 octobre 2014

Des nouvelles sur le front de la connerie :

 

Sarko est, en plus du reste, empêtré dans les malversations de la Balkany-Connexion.
C'est maintenant un problème de villas, achetées avec des fonds licites (dixit l'avocat des Balkany) mais jamais déclarés au fisc (dixit Bercy) (ni les fonds, ni les maisons) qui, sous couvert de sociétés fantômes appartiendraient dans les faits aux Balkany, grâce à un montage très savant orchestré par le bureau d'avocats d'affaires Claude-Sarkozy. Le conditionnel n'est plus de mise pour celle de St Barth, Isabelle a déjà avoué.
Le Maire de Levallois-Perret et sa première adjointe sont mis en examen pour blanchiment de fraude fiscale et corruption. Du côté des avocats d'affaires, il est peu probable que l'associé Sarkozy ne soit pas impliqué dans ce montage, qui concerne un de ses plus proches amis.

Plus joli dans le hasard immonde :
Sarkozy s'est vu offrir 3 voyages par son ami Stéphane Courbit (entre décembre 2012 et février 2013) en jet privé.
Jusque là, rien à dire si ce monsieur a payé la note sur ses revenus imposés.
Toute fois, il y a un hic suffisant pour qu'une juge marseillaise ouvre une enquête.

Le Hic :
Le jet était affrété par la société  SNTHS. Jusque là, rien à dire.... enfin presque, car :
En mars 2013, un Falcon 50 affété par cette société est intercepté au départ de la République Dominicaine. Il y avait 700 kg de cocaïne dans ses soutes. 34 personnes arrêtées, dont Pierre-Marc Dreyfus, patron de la SNTHS.
La question qui tue :
Un ancien président de pays n'est pas une personne ordinaire, sa « stature morale » le met à l'abri des tracasserie douanières ou policières. L'avion du président devient donc un terrain inviolable. Autrement dit, sachant qu'il ne sera pas fouillé au sol, on peut y mettre n'importe quoi dedans. Offrir un siège à un passager de ce genre ne serait pas un bouclier bien coûteux pour ce genre de garantie...
Posée autrement, la question devient :
Pour les voyages précédents, Sarkozy a-t-il servi de caution morale pour éviter les douaniers curieux lors de ses voyages  et que l'affréteur en ait profité pour y inclure un supplément de bagage?
Si tel est le cas, il devient, de facto, complice du trafic.

Sarkozy ayant du temps libre, il pourrait reprendre la quincaillerie Chaudard (la 7e Compagnie au clair de lune), désertée depuis 1942 par ses propriétaires, pour y liquider son stock de casseroles. Parce que, mine de rien, ça s'accumule et pépère commence sérieusement à tirer la patte.

Mort du PDG de TOTAL
Après lecture des nouvelles, j'en retire un certain malaise. Pas pour le PDG qui n'a jamais fait le moindre sentiment pour drainer toujours plus de fric, mais pour les conditions de la collision.

 

Comme tous les Russes (depuis Tchernobyl) impliqués dans un accident, le conducteur de la déneigeuse était, parait-il, ivre.
Sortait-il de la cantine de Gazprom?
D'un RDV avec Poutine?
C'est ravageur les RDV avec Poutine... Le Nain avait donné pour savoir que sa vodka est terrible, surtout avant de prendre le micro:-D

 

Certains "accidents stupides" sont parfois des aubaines pour la concurrence... ou une incitation à mettre la pédale douce...

 

Autrement dit, le message à comprendre est: En économie et/ou en politique, cessez de vous occuper de la Russie.
Cette mort a même un petit goût de réchauffé, car le repense à celle de Michel Baroin dans un « accident » d'avion (deux réacteurs qui tombent en panne en même temps, c'est bête... ment impossible.) Il s'agissait alors, pour l'Iran, de recadrer la France sur le dossier Eurodif (voir « Connaissez-vous Dominique Lorenz ».
A cette occasion (la mort du PDG de Total), le nazillon de Matignon refait des siennes et insulte les socialistes (enfin, ceux qui le sont restés:-( ).
Gérard Filloche est le seul membre du bureau du PS à avoir eu un commentaire sensé à ce propos :
« Porter le deuil pour l'homme, oui, mais pas pour le suceur de sang. J'espère que son successeur nous volera moins. »
C'était suffisant pour que Valls nous fasse une danse de Saint-Guy. (ben oui, une valse à gauche, c'est difficile à tenir.)
« Je ne peux pas admettre d'entendre ça dans mon parti »
Facile Ducon, tu te tires chez Marine ou Nicolas, tu ne pourras y entendre que des louanges sur les salauds qui gouvernent le monde et l'industrie. Tu te sentiras bien chez toi ainsi.
Blutch.

 

Posté par Blutch 001 à 12:17 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

31 août 2014

Avis de transfert

 

J'ai décidé de participer plus activement à Blogborygmes
(
http://blogborygmes.free.fr/blog/ )
en privilégiant des articles moins polémiques et en réservant cet espace à mes grosses colères (dont je ne cherche pas à me gaver).

Bon, d'un autre côté, des grosses colères, j'en accumule de sévères. Je sens qu'il devient prudent de pouvoir faire le vide.

Avec Sarko, il n'y avait pas de surprises : C'est un larbin à la solde des salauds qui exploitent le peuple et la misère humaine.
Hollande est plus tordu si tant est que ce soit possible. « Mon ennemi, c'est la finance » avait-il fanfaronné.... Depuis quand un enfant de Neuilly sur Seine peut-il avoir un tel ennemi...? Dans tous les cas, il prouve depuis qu'il est pour la réconciliation.

Un exemple avec la téléphonie mobile qui sera, à n'en pas douter le prochain très gros scandale sanitaire :
Sarko faisait sciemment mentir les scientifiques pour ne pas nuire aux affaires de son pote Martin.
On savait qu'il est cul et chemise avec le bétonneur du paysage et des esprits, ça avait le mérite d'être clair. On se faisait enculer d'accord, mais avec un peu de vaseline...
On aurait pu imaginer que Flamby rectifie le tir, d'autant plus que depuis, l'OMS a tout de même fini par admettre que les hyperfréquences numériques sont nocives, puisqu'elles sont maintenant rangées dans le même tiroir que l'amiante et la clope. Or ce salopard intronise Rafika Rezgui, une lobbyiste de Bouygues, comme porte-parole du PS et collaboratrice du Combat des vices:
http://www.robindestoits.org/Une-porte-parole-du-PS-lobbyiste-chez-Bouygues-Telecom-Le-Point-19-04-2014_a2201.html
Son rôle avoué est de protéger les intérêts de Bouygues Télécom contre d'éventuelles contraintes légales.
A ce propos, Laurence Abeille (députée écolo) a vu son projet de loi sur la téléphonie usurpé par les serpillières du PS pour le vider de toute sa substance.
Ça revient finalement au même qu'avec le Malfaisant, mais là, c'est sans la vaseline.

17% d'opinions favorables.... Ca interpelle tout le monde, sauf Carpette 1er qui continue de trahir ses électeurs en faisant les yeux doux aux Phynanciers et sa VRP en chef, la très mal prénommée Angela...
Tiens à ce propos, j'entends souvent dire que la politique serait mieux faite par les femmes....
Si tu prends la mère Tatcher, Indira Gandhi, Bénazir Butto, Démonia Merckel, Morano, Nique ta mère..... (Heu NKM c'est pas pareil ?), la fillote du borgne, je n'arrive pas à me persuader que ça puisse avoir un fond de vérité...
Pour redresser la barre, la solution de Carpette priméro consiste à vider le gouvernement du peu qui reste du socialisme rosouillard et de lâcher la bride à Jean-Marie Valls.
Sarko s'est fait éjecter pour avoir voulu doubler le FN par sa droite et maintenant le couple Edam de Madrid fait pareil.
Marine va pouvoir prétendre maintenant qu'elle représente la gauche française... Belle perspective !
Je vois d'ici sa future campagne électorale : « Préférez l'original aux copies frelatées. »

- Autrement, à Gaza les nazis continuent d'assassiner les Palestiniens dans l'indifférence générale et le soutien sans faille de Barack, autre couillonneur patenté.

- Des avions tombent mystérieusement en Afrique du nord alors que quantité de missiles sol-air avaient disparu des arsenaux libyens sans qu'aucun service de renseignements au monde se soit aperçu que des centaines de tonnes d'armes ont traversé 2000 km de désert...
Là, des mauvaises langues te diront que c'était voulu pour déstabiliser le Sahel et provoquer un retour de l'armée française au Niger et au Mali, alors que de gros contrats d'extraction d'uranium étaient en jeu et que d'avoir l'armée sur place, ça facilite le choix de la France au détriment de la Chine... Y en a qui voient le mal partout, j'vous jure ma bonne dame, comme si un gouvernant pouvait faire des calculs aussi machiavéliques...

- Des terroristes à la solde de Poutine saccagent l'Ukraine et abattent un avion civil sans créer de tempête politique.
Tu me diras que c'est plus facile d'apprendre à bien mourir à Saddam Hussein ou Kadafi qu'à Poutine... C'est que le con a des moyens de persuasion trop convainquant pour faire autre chose que remuer de l'air.
Faut dire aussi que c'est un type sympa avec la France....

- Parce qu'on ne sais plus quoi foutre des monceaux de déchets nucléaires, que si on est capable de saloper la planète avec ça, on n'a pas le pognon pour résoudre ce problème, alors, comme toujours, les politocards le replanque sous la pile et après moi le déluge...
En attente d'une cata, on expédie notre merde en Russie où, pour des picaillons, Poutine accepte de stocker chez-lui, à l'air libre, les conteneurs d'uranium irradié qui ne peut pas être recyclé dans le MOX et dont on ne peut plus faire des projectiles perforants depuis que l'armée US s'est aperçue qu'en se désagrégeant au moment de l'impact la poussière radioactive ainsi créée est aussi mortelle pour ceux qui utilisent ces armes que pour leurs victimes...
Rien n'est parfait au royaume de la mort et la distribuer n'est même plus une garantie de s'en préserver...

- Après la grippe aviaire, la grippe H1N1 (dont je vous ai abondamment parlé), une nouvelle fumisterie des laboratoires pharmaceutiques est en cours.
Le virus Ebola qui serait censé être aussi ravageur que la peste bubonique, or il n'en est rien. Dans la plupart des cas, il suffit d'hydrater correctement le malade et compenser ses pertes hémorragiques. En fait, juste des soins infirmiers.
Selon l'OMS, il y a 788 cas recensés pour l'ensemble de l'Afrique (contre 1,2 millions de morts dus au paludisme, par exemple...) A comparer avec les 1435 assassinats de Gazouis par Israël depuis le 8 juillet ( mais dans ce cas, aucune certitude de pouvoir refiler un pseudo vaccin, la fumisterie humaine est inguérissable ...)

Autrement l'humanité a peut-être la chance de pouvoir apprendre à vivre en se passant de pognon. Ça devient même urgent de privilégier l'être à l'avoir et au paraître... Et découvrir ainsi qu'on vit très bien dans la simplicitude :-).
Blutch

Posté par Blutch 001 à 17:35 - Commentaires [2] - Permalien [#]

16 janvier 2014

J'accuse

(Heu oui, je sais que ce titre est déjà pris, et je ne voudrais pour rien au monde prétendre avoir le talent de Zola, mais il y a matière à tirer un parallèle avec l’intolérance ambiante…)

Bon, je viens de lire un article sur blogbo qui traite de l’absentéisme sur les blogs et je me suis senti (un peu) concerné.
http://blogborygmes.free.fr/blog/index.php/2011/09/07/1438-comment-aider-un-co-blogueur-a-surmonter-une-panne-d-inspiration#c80489  
J’ai dis un peu car je ne me sens pas l’obligation de me mettre en rogne deux fois par semaine pour divertir la galerie.
En faisant le bilan des dernières conneries vacheries prouesses de la succursale du MEDEF et de la LICRA du gouvernement, je me dis qu’il y a tout de même matière à se foutre en rogne.

Les Sinistres de Enorme Nullité continuent de se taper sur le ventre de contentement alors que la France recule chaque année dans le classement PISA des pays les plus performants en matière d’éducation.
Dans le dernier paru, elle pointe au 25e rang en maths, 21e rang en lecture et 26e en Sciences, très très loin derrière la Chine, mais pas que :
Estonie, Pologne, Slovénie, Corée, Vietnam : Sous-développés il y a encore peu de temps et communistes pour la plupart, donc décriés comme le Tiers-Monde….
Elle est même talonnée par les USA qui ont un des systèmes d’enseignement les plus merdiques qui soient.  
http://tempsreel.nouvelobs.com/education/20131202.OBS7859/pisa-2012-a-l-ecole-des-inegalites-sociales-francaises.html
Bravo à tous les crétins qui ont dirigé l’enseignement en France depuis des lustres…

Au classement de la corruption, la France pointe au 22e rang avec 71 points, à égalité avec les Bahamas et la Chine, loin derrière la Barbade et  Singapore…
Soyons fiers de la voir devancer Porto Rico, le Qatar et le Botswana…. Mais de peu.
http://www.ouest-france.fr/corruption-la-france-reste-au-22e-rang-des-pays-les-plus-honnetes-1758778

La libre expression en France est morte, assassinée par un gouvernement dit de gauche.
Que le Malfaisant soit pro-sioniste affiché pouvait encore être compréhensible avec une mère juive et un fils qui a épousé Mademoiselle Darty. Mais je ne peux pas admettre que dans le pays des droits de l’homme la parole soit muselée et soumise à l’approbation de la LICRA, organisme ouvertement sioniste qui s’est institué gérant de la pensée correcte dans le pays de Voltaire.
Petit cours préliminaire de mise au point :
Les Sémites sont tout (ou presque) les habitants du Proche-Orient et d’une partie du Maghreb. Les Juifs en représente…5% et rien de plus.
Donc être antisémite, c’est, à 95%, être anti-arabe.
Il y a donc un abus de langage manifeste de parler de sémitisme en parlant des Juifs.
Il faut appeler un chat un chat. S’agissant de la domination d’un lobby se définissant comme « juif », il faut parler de sionisme.
Le Sionisme est une idéologie nationaliste qui exclu le droit d’existence des non-juifs sur les territoires convoités par l’état politique d’Israël.  
http://www.partiantisioniste.com/sionisme/
Voir en particulier la déclaration de de Gaulle sur les risques à long terme de la politique sioniste d’Israël…

Voilà maintenant que la succursale de la LICRA le gouvernement  vient d’interdire à Dieudonné de parler.
J’avoue humblement n’avoir pas tout écouté des propos de cet humeuriste, mais je n’ai encore rien entendu qui puisse aller à l’encontre de la foi juive et du judaïsme.
Ce type attaque, parfois férocement le sionisme de l’état politique d’Israël. Dans ce sens, je partage son aversion pour la politique ouvertement fasciste et colonisatrice de  ce pays. S’il a tenu des propos anti-judaïque, je ne cautionne pas, mais j’attends de voir…
Je me souviens avec délice du temps béni où les humoristes avaient le droit de tout dire…
Putain si Dieudonné osait maintenant le sketch de Désproges sur les Juifs…..

Je voudrais rappeler qu’Israël a construit le plus grand camp de concentration au monde : 486 km2 et 1,8 million d’habitants à Gaza. Le plus pérenne aussi, puisqu’il a maintenant 65 ans…
Sans parler du reste, car il est juste question de Hollande, Iago des temps modernes.  
Les lobbys sionistes ont réussi à troubler les esprits en faisant un amalgame foireux entre la foi juive et la politique d’extrême droite de l’état d’Israël.
J’estime avoir le droit de critiquer un pays, n’importe quel pays, pour sa politique de merde, sans me faire accuser d’être contre une croyance quelconque en un Dieu. J’estime aussi que ce droit doit être donné à tous, Dieudonné compris, même si les propos tenus peuvent déranger des intérêts collectifs ou particuliers.
" J'exécre vos propos, mais je me battrais pour que vous ayez le droit de les dire" on est actuellement loin du compte, me semble-t-il...

- J’accuse donc le gouvernement actuel d’organier sciemment l’EN en fabrique de cancre dépourvu de sens critique.
- Je l’accuse aussi d’être nul en matière fiscale, continuant de privilégier le fric au détriment de l’humain.
- Je l’accuse aussi d’être à la botte de la LICRA.
- Je l’accuse d’être aussi dépourvu de sens critique que le gouvernement précédent.
- J'accuse Hollande de vouloir faire mousser son indice de satisfaction en voulant provoquer des guerres. Celle du Mali étzait héritée de Sarko, mais il a bien failli mettre le Monde dans la merde avec la Syrie.
- J’accuse Hollande et sa clique de trahison envers le peuple de France et je serai bien dans la merde en 2017 pour savoir qui voter !
Parce que passer de Sarko à Hollande, puis à Copé, c’est tomber de Charybde en Scylla.

Putain de 5e Raie publique, y voter c’est choisir la peste ou le choléra.
Je ne peux que souhaiter une déculottée du PS aux communales, histoire de lui apprendre qu’on se fait toujours rejoindre par ses trahisons.
Peut-être seront-ils frappés par la grâce socialiste…. Ou la peur de ne plus avoir de quoi se poser le cul (il parait que les sièges de l’Assemblée nationale et les canapés du Sénat sont confortables…)  
Peut-être faudra-t-il en venir à la désobéissance civil pour enlever à ces traîtres leur pouvoir de malfaisance.
Blutch.

Posté par Blutch 001 à 12:14 - Commentaires [25] - Permalien [#]

07 septembre 2013

Il leur faut une bonne guerre! acte 2.

Lorsqu’un politicien montre la Lune avec son doigt,
le sot regarde le doigt,
l’imbécile regarde la Lune
et le sage regarde ce que le politicien cache derrière son dos.

C’est fort de ce précepte arabo-blutchien que je regarde ce qui se prépare contre le peuple syrien.

Dans la vie, pour la justice ou dans les analyses chimiques, il y a une constante :
On ne peut trouver que ce que l’on cherche.
Lorsqu’on veut provoquer une guerre pour doper la croissance économique, il faut avoir un salaud sous la main.
Dans l’acte un, on a vu deux choses :
1° Que chaque fois que les politocards de l’occident veulent se mêler de gérer le monde, le résultat est bien pire que le mal originel.
2° Le nombre de salauds traditionnels s’est réduit de façon dramatique. Il y a bien encore des émirs pétroliers, Poutine et le gouvernement israélien, mais c’est peut-être une autre histoire de vouloir les éradiquer…..

De tous les salauds qui gouvernent le monde, c’est maintenant le quart d’heure de célébrité de Bachar el Assad.

Petit panel de la situation :
La situation Syrienne est assez semblable à celle de la Libye kadhaféenne agonisante :
Parmi les opposants, il y a un tas de mouvances qui n’ont qu’un seul point commun :

Etre Calife à la place du Calife.

Pour ça, tous les moyens sont bons. C’est surtout le cas pour les islamistes soutenus par des salauds de la péninsule arabique. Salauds respectables puisqu’ils commercent avec les pétroliers et que certains sont même en train d’acheter la France…
Je voudrais juste savoir combien de massacres les islamistes ont fait afin que l’occident puisse les attribuer à el Assad et sa clique ?
Pas que je considère son gouvernement comme respectable, mais je ne le vois pas pire que beaucoup qui ont la déférence de nos marionnettes politiques… Et en aucun cas de plus mauvaise teneur morale que les incendiaires qui se réclament d’un islam qui n’a plus rien à voir avec ce que disait leur prophète.
Il n’y a aucune enquête concernant cette mouvance islamique pour savoir ce qui s’y passe et, personne ne peut s’illusionner que ce sont des enfants de cœur.

Je viens d’entendre à France Inter que la rébellion ne peut pas avoir du gaz Sarin, que ce n’est pas dans ses possibilités. J’appelle ça de la désinformation et une menterie aussi grave que le coup des armes de destructions massives de Bush.
J’ai trois preuves à fournir :
1° La secte japonaise  Aum Shinrikyō a été capable d’en fabriquer pour le répandre dans le métro de Tokyo. Preuve que c’est à la portée d’un bon bricoleur.
2° Les islamistes syriens sont soutenus par le Hezbollah et l’Iran, or ce pays a été doté de gaz de combats (par Reagan) lors de sa guerre contre l’Irak.
3° Pour ces fous de Dieu, la vie humaine n’a strictement aucune valeur face à l’avènement de leur pouvoir. Je ne connais pas un politocard qui ne soit prêt à marcher sur des cadavres pour prendre le pouvoir. Même celui de son voisin de palier.

Question :
Comment peut-on ne pas envisager que la Syrie ne soit pas victime du coup du saucisson ?

Là, je sens un peu de mou, alors j’explique :
Deux paysans sont en litige sur la propriété d’un terrain. Pas de bornes, pas de notes au cadastre, rien. Le juge devra statuer sur la bonne mine de chacun.
Un des paysans demande à son avocat si ça ne serait pas utile d’envoyer un saucisson au juge pour être dans ses bons papiers.
- Cher Monsieur, dit l’avocat, si vous voulez perdre votre procès, c’est en effet ce qu’il faut faire. On ne peut pas acheter un juge.
Le procès se passe et ce paysan l’a gagné. L’avocat s’auto congratule et le paysan lui dit :
- C’est surtout grâce au saucisson… Je l’ai envoyé au nom de l’autre.

Pour ma part, je ne vois pas plus de certitudes contre el Assad que contre les Islamistes pour ce qui est du gaz sarin et d’une partie au moins des massacres qui l’on précédé.
Fait par el Assad, c’est un auto goal suicidaire.
Fait par les Islamistes, c’est le Jackpot.
Même certains services secrets l’ont compris, puisque les Allemands parlent que ce serait le fruit d’une erreur de dosage pour justifier ce qui serait une faute tactique grossière.

Donc nos guignols ne trouveront pas d’autres responsables possibles de ce massacre, parce qu’ils ne veulent pas chercher ailleurs.

Ca fait tout de même chier de devoir dire, même s’ils le font avec de mauvaises excuses : Heureusement que l’on a Poutine, Merkel, Copé et le Pen pour brider les sociomerdocrates Obama et Hollande.

Ils sont qui, ces connards, pour s’ériger en gendarme du monde ?
Accessoirement, comment est-il possible de réclamer que l’état de droit islamiste soit rétabli en Egypte. Il faut vraiment être énarque pour débiter ce genre de conneries.
Les Frères musulmans avaient gagné les élections en achetant le vote des pauvres et en bourrant les urnes. Ils ont trahi leur parole de campagne électorale en voulant instituer une république islamique au pays de Nasser. Heureusement que l’armée les a viré du pouvoir... Lorsqu’ils manifestent  contre l’éviction de leur président, il le font en tirant à l’arme de guerre sur les gens, la police et l’armée. Et ils le font avec la bénédiction des énarques…
(Je rappelle que l’ENA est une école de gestion d’institutions établies. En quelque sorte une école de concierge de luxe … Voilà pourquoi on a en France une politique de concierge.

Les scénarii catastrophes en Syrie seront pour le prochain billet.
Blutch.

Posté par Blutch 001 à 01:31 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

04 septembre 2013

Il leur faut une bonne guerre! acte 1.

Historique du génio politicaillus occidentalis
Depuis la deuxième moitié du 20e siècle.

Après avoir renversé le Shah d’Iran parce qu’il croyait l’Iran puissante de toutes les armes que Sam lui avait vendues, et qu'il voulait le faire savoir. 
Jimmy Carter a fait mettre en place Khomeiny, pensant que deux fous de Dieu pourraient s’entendre. Ce fut un succès digne du Guinness des losers et une cata pour les femmes.

 

Après avoir semé la merde en Afghanistan, avec le succès que l’on sait, sous prétexte que le gouvernement (un poil à gauche) ne convenait pas à une certaine idée de la démocratia occidentalis :
- Appel aux grands frères ruskofs d’un côté pendant que les ricains armaient les Talibans par Ben Laden interposé.
- Intervention onusienne parce qu’on s’était planté sur la moralité des Talibans et retour à la féodalité par un Karzaï pas démocrate du tout mais avide de pognon.
Au bilan l’Afghanistan qui sortait peu à peu du moyen âge y est retourné de la pire façon possible, surtout pour les femmes.

Après avoir renvoyé les débris de l’armée d’Irak dans ses casernes, les Yankees se sont dit que merde, tout ce pétrole foutu parce qu’un infâme dictateur a eu le culot de le nationaliser. Il fallait faire quelque chose pour redonner leur droit de vote aux barils de pétrole. Exit Saddam, avec toujours le même succès que l’on sait pour la stabilité, la sécurité et les femmes dans le pays. On peut dire sans risque d’erreur que les GI ont tué plus d’Irakiens que les morts qu’ils ont attribués à Saddam. Ce salaud est accusé d’avoir utilisé les gaz de combat que les Américains lui avaient vendu… Dans ce que fut la Mésopotamie, la Camarde fait tous les jours charrette pleine de victimes du crétin du Texas. Belle réussite aussi.



Contre toute attente, la Tunisie s’est débarrassée seule de son dictateur et l’occident a voulu se mêler de leur donner des leçons de démocratie. Il fallait vite faire voter les Tunisiens. Les seuls qui savaient manier les urnes pour qu’elles leurs soient clémentes sont les islamistes… Belle réussite encore, surtout pour les femmes.

Ce fut pareil avec l’Egypte, avec un même résultat. Au point d’avoir à féliciter l’armée d’avoir interrompu le processus d’islamisation. Et ces connards de merdocrates européens de gueuler que l’état de droit doit être respecté. Comme si le recours à la charia pouvait ressembler à un état de droit ! C’est con un énarque, mais en bande, je te dis pas….

Puis ce fut la Libye… Pays phare dans les années 70 pour les droits de l’Homme… et de la femme. Il fut sans cesse en bute aux critiques d’une certaine élite occidentale, celle qui détient les médias. Dans ce pays aussi la liberté d’expression des barils était bafouée. Kadhafi avait nationalisé le pétrole et il avait le culot d’utiliser le pognon pour améliorer le niveau de vie des Libyens (deux fois plus élevé que dans le reste du Maghreb). Dans la série « Si ça continue, il faut que ça cesse » les Ricains ont inventé de toute pièce un attentat qu’ils ont attribué…. Je te le donne Emile…. À Kadhafi. Ils tenaient là le prétexte à un acte de guerre en bombardant la résidence du colonel. Il y fut grièvement blessé (d’où l’air de zombie qu’il avait). Il en a gardé un certain ressentiment anti-occidental, allez savoir pourquoi (il parait qu’un bon chien continue de lécher la main qui le frappe…. Oui, un bon chien !)
Dans la déstabilisation générale du Maghreb, les islamistes et quelques chefs de tribus se sont révoltés contre le pouvoir central qui les « bridait » un peu trop. L’assemblée des demeurés du G8 a trouvé l’occasion trop belle pour enfin libérer le pétrole de l’infâme nationalisation dont il était victime. Il ont nommé général en chef le petit couillon de Neuilly. Ah il s’y est cru le Nabot ! T’as pas voulu acheter mes rafales, je te les envoie sur la gueule, Na ! Et après, il faudra surtout qu’il ne puisse pas causer car il pourrait dire des choses emmerdantes….
Petit bonus perso pour le Malfaisant, il a volontairement laissé partir l’arsenal de l’armée libyenne dans le Sahel pour le déstabiliser et justifier une intervention de l’armée française pour recoloniser la zone (gavée d’uranium).

Conséquences logiques du merdier fait par Sarko, le Mali entre en guerre civile et la rébellion menace le dictateur en place. A ce propos, les Touaregs veulent contrôler le nord Mali pour ne pas laisser AREVA saloper leur territoire comme elle l’a fait au Niger. Encore des salauds qui s’opposent à la libre entreprise…
La encore les islamistes prennent le contrôle de la rébellion et établissent une dictature religieuse. Le sort de la femme n’est pas fameux.
Partant du principe que c’est la France qui a créé le problème, il était normal que la France intervienne, et j’attends d’elle qu’elle se retire sans racketter le Mali.
Flamby le va-t-en guerre a vu sa cote monter. Comme l’effet d’aubaine est retombé, il se dit que rien ne vaut une bonne guerre pour relancer l’économie, occuper l’esprit des Français à autre chose que ce qui se passe à l’Assemblée nationale, ce qui lui permettra de passer en catimini des lois à la con dont personne ne veut.

Une première conclusion s’impose : les politocards occidentaux sont misogynes !

Donc prochaine étape : la Syrie.
Dans la série :  « Poussez-moi à y aller parce que j’ai bien envie, mais je n’ose pas » il se pose en maître.

Les scénarii d’une catastrophe annoncée (et là, je ne rigole pas.)  
Blutch

Posté par Blutch 001 à 01:41 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

04 août 2013

Blutch ! S’il te plait dessine-moi une démocratie. Phase cinq.

Pour en revenir à la loi sur les boutons de braguette : Si on admet que le parlement a eu une saine réaction en disant au ministre concerné que, du moment que les fonctionnaires paient eux-mêmes leurs habits civils, il n’y a pas à légiférer dans ce domaine, il reste une ultime solution pour les partisans de la normalisation des dits boutons de braguette.

Ils peuvent lancer une initiative constitutionnelle pour obliger le parlement à pondre une loi.
Deux voies sont possibles :
1° Un texte élaboré, définitif, que l’on retrouvera tel quel dans la constitution s’il est adopté par le peuple.
2° Une initiative en terme généraux, qui laisse un pouvoir d’adaptation pour le parlement, mais qui peut atténuer la volonté des initiants.
Il va sans dire (mais pas plus mal en le disant)  qu’un texte élaboré, définitif, à plus de risque de faire l’unanimité contre lui. Imagine que les initiants décident que ces boutons devront avoir un diamètre de 14 mm au minimum et que tu t’aperçois que toutes les boutonnières de tes frocs ont une ouverture de 12 mm. Tu seras tenté de refuser cette saine normalisation pour n’avoir pas à faire agrandir toutes tes boutonnières, en sachant que ce ne sera pas le gouvernement qui paie les adaptations nécessaires. Egoïste Va !

Sur le papier, il existe deux sortes d’initiatives :
- L’initiative constitutionnelle. Elle permet au peuple de modifier la constitution.
Elle est soumise à la double majorité du peuple et des cantons.
- L’initiative législative, qui lui permet de modifier ou créer une loi.
Cette initiative n’est soumise qu’à la majorité des votants.
Petit défaut : le parlement tarde à établir la loi d’application ; il n’y a encore que l’initiative constitutionnelle qui soit opérationnelle.
Donc le parti de la braguette normalisée va lancer une initiative constitutionnelle.
Il établi un texte et le dépose à la chancellerie pour y être juridiquement avalisé et enregistré.
A dater de cette opération, le parti à 18 mois pour récolter 100'000 signatures, qui seront (comme pour le référendum) avalisées par le contrôle des habitants des commune de résidence des signataires.
Toutes les signatures refusées sont consultables et le refus peut être contesté.
Il parait  que dans certains pays il y a même les morts qui votent…..

Supposons que cette normalisation des boutons de braguette soit un problème sociétal majeur, ils n’ont aucune peine à récolter leurs 100’000 signatures.
Si l’initiative est dans des termes généraux, le parlement a un délai pour prendre en main la rédaction définitive du texte. Par contre, la discussion peut s’éterniser…
Dans l’autre cas, le délai concerne la votation populaire.
Au décompte des voix, il faut qu’une majorité des votes exprimés soit favorable à l’initiative, mais il faut aussi que dans une majorité de cantons il y ait une majorité d’acceptants. Dans cette deuxième majorité, un canton de 50'000 habitants pèse aussi lourd que Zurich avec environ 1,4 millions.
Imagine en France que dans une décision, la Lozère ou la Creuse pèse aussi lourd, en terme de vote, que Paris ou le Val de Marne…

Si le peuple accepte l’initiative, elle fait partie de la constitution et seul un autre vote populaire pourra l’en faire sortir.

Que rajouter encore :
- Que la Suisse enregistre automatiquement les électeurs dans leur commune de domicile. C’est fait par le contrôle des habitants, en une opération qui ne coûte rien à personne, ni en temps, ni en argent . Tout citoyen pourvu de ses droits civiques est donc automatiquement en liste électorale.
- Que le vote est individuel. Le système de procuration n’existe pas puisqu’il est sujet à des malversations (à l’exemple de Bernadette Chirac qui avait ouvertement utilisé la procuration de Jacques pour voter à l’encontre de ce qu’il voulait). L’usurpation du droit de vote est un délit pénal.
- Que la possibilité du vote par correspondance est généralisée pour toutes les votations. 3 à 5 semaines avant la date du vote. Les bureaux de votes restant la forme ordinaire de vote.
- Que la Suisse ne connait pas le principe de sénateurs à vie (Italie) ou nommés par des maires comme en France. Tous les législatifs élus le sont par le peuple.
Quelques petites communes et encore un ou deux cantons n’ont pas de législatifs élus, car ce sont les citoyens qui siègent, sans délégation de pouvoir.

- Le Conseil des Etats est l’équivalent du sénat français. Il est formé de 2 représentants par canton.
- Le Conseil National est l’équivalent de l’Assemblée Nationale. Ses 200 membres sont élus à la proportionnelle. Leur nombre par canton dépend de sa population globale.
La répartition selon les partis dépend des votes exprimés.
Les deux chambres ont le même pouvoir et doivent, par conséquent toujours être d’accord à la virgule près sur le même texte.
- A tous les niveaux, les élus dans les législatifs sont des miliciens. Ils ont une profession qu’ils exercent en temps partiel et leur mandat politique pour l’autre partie de leur emploi du temps. Il n’y a, ainsi aucune hypocrisie sur des intérêts cachés. Un avocat d’affaires est ouvertement élu (ou non) comme tel.

Comparons le comparable :
J’en ai parlé dans les commentaires de la phase 4 :

L’Italie :
Elle a un droit de référendum populaire, mais il est entaché de deux tares fascistes :
1° Un collège de juges peut balayer le référendum après la récolte des signatures.
2° Il faut qu’une majorité d’électeurs inscrits l’acceptent. Ce qui équivaut à dire que l’abstentionniste vote  pour le gouvernement. En mettant les flics ou l’armée dans les rues, tu m’expliqueras comment un référendum peut être accepté…. :-(

La France :
Sur le papier, l’article 11 de la constitution reconnait un droit de référendum, mais sur un nombre limité de sujets et les conditions d’application sont telles qu’elles ne correspondent pas à un droit démocratique.
il faut un cinquième de l’ensemble des élus nationaux  (assemblée + sénat) plus 10% des électeurs inscrits.
C’est  tout juste une possibilité de rouspéter pour le plus grand parti d’opposition. Mais de facto annulable par un autre référendum mené par le parti au pouvoir.
Bref, une merdouille de plus.
Blutch.

Posté par Blutch 001 à 11:47 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

11 juillet 2013

Blutch! S'il te plait, dessine-moi une démocratie. Phase quatre.

Si tu imagines qu’en Suisse n’importe quel illuminé peut arriver avec un papier maculé de graffitis en disant aux dépités : « Eh Oh les serpillières, il faut voter ça fissa fissa », tu raccroches illico et tu vas commencer en douceur par une première leçon de démocratie du côté de l’Iran.
Le politocard qui fait ça en Suisse déclenche une crise d’hilarité générale. Et faire rire un banquier, ce n’est pas gagné d’avance….

Je commence par la fin pour vous expliquer le pourquoi du comment de la procédure.
Toute loi votée en Suisse, qu’elle soit communale, cantonale ou fédérale est soumise au référendum facultatif. Oui, en Suisse, c’est le peuple qui décide d’un référendum, pas Haroun el Poussah, ni Iznogoud, ce Hérault au regard citerne…
Donc pour tenter d’éviter de se ramasser une pliée électorale à chaque fois (ce n’est pas que le ridicule tue en politique (t’imagines l’hécatombe qu’il y aurait en France….) mais je l’ai déjà dit, les Suisses savent compter et la votation d’un référendum coûte plusieurs millions (en francs suisses, donc pratiquement autant d’Euros), alors on évite si c’est possible).

Pour ça, il y a un processus bien rôdé :
S’il apparaît à un ministre qu’il faut une loi sur la couleur des boutons de braguette dans la fonction publique (Eh, rigole pas, j’ai vu en France des lois encore plus con que ça…), La question de son opportunité va être posée aux deux chambres du parlement fédéral, qui peuvent refuser d’entrer en matière, prétextant qu’il faut tout de même un espace de liberté pour les fonctionnaires. Auquel cas, la loi ne se fera pas.
 
S’ils décident que ce sera une liberté surveillée, les juristes vont prioritairement regarder si par le plus grand des hasards, il n’y a pas déjà une loi sur ce sujet. Si oui, elle sera mise en regard de ce que voudrait le ministre et s’il accepte de laisser tomber au vu de la différence infime de couleur que ça amènerait. Tout ça en tenant compte des frais engendrés par les cousettes qui seraient réquisitionnées pour le remplacement des boutons.

Imaginons la totale :
Les juristes vont établir un projet de loi qui sera une base de travail. Ce projet doit inclure toutes les lois qui devraient être modifiées ou abrogées pour que le droit reste cohérent. (Tu parles de coups de balais à faire dans les lois françaises….(au premier déblaiement, il faudra y aller au tracto-pelle))
Ce projet va être présenté, en procédure de consultation, à toutes les associations qui seraient concernées, les syndicats, les groupes de députés, les églises et les partis politiques.
Chaque groupe va faire des remarques en stipulant ce qu'il voudrait et ce qu’il ne pourrait pas admettre.
Le projet repart au Conseil fédéral et son troupeau de juristes. Ils vont remodeler le projet pour éviter des refus catégoriques.
Retour dans la procédure de consultation.
On peut avoir un problème de veto opposés.
Imagine que le syndicat des fonctionnaires gays exige des boutons roses et que la conférence des Evêques de Suisse s’y oppose fermement. Y a comme un problème... Chaque groupe pouvant lancer un référendum.
Alors on va tenter de raisonner chaque partie, expliquer aux Evêques qu’avec le rabat de tissu, on ne voit presque pas les boutons, on va aussi demander aux fonctionnaires gays s’ils ne pourraient pas se contenter d’avoir des slips roses et de garder les boutons de braguette anthracites. Bref, ça va marchander ferme.
Après avoir gommé les plus grosses divergences, le projet va au Conseil National (l’Assemblée nationale). Et là, les députés vont remodeler le projet à leur convenance et en tentant de ne pas provoquer de veto.  Admettons qu’ils ont admis que le premier bouton peut être rose, mais pas les autres (Oui, le compromis helvétique est une institution sacrée, même s’il n’a rien à voir avec des fiançailles) 
Lorsqu’ils sont parvenus à voter un texte (il faut parfois des années), ce texte passe au Conseil des Etats (le Sénat, mais élu par le peuple à raison de 2 conseillers par canton).
Si d’aventure ce conseil décide de ne pas autoriser ce bouton rose, le texte repart au Conseil National, et ce jusqu’à ce que les deux Conseils soient d’accords sur le même texte, à la virgule près. Là encore, ça peut prendre des années.
Admettons alors qu’ils arrivent à la conclusion que le bouton rose est tolérable, mais après demande écrite motivée.
Le vote de cette loi inclus toute les modifications ou abrogations nécessaires dans la législation en vigueur. Impossible donc, après le vote, de trouver un article qui stipule que les boutons de braguette des fonctionnaires peuvent être gris, noir ou bleu.

Ce texte, voté par les deux chambres, va entrer dans le délai référendaire de 3 mois.
Chaque habitant de la Suisse peut lancer un référendum. Il faut être au bénéfice de ses droits civiques pour le signer.
Mettons dans le cas d’espèce que la ligue des droits de l’Homme trouve discriminatoire de devoir demander l’autorisation d’avoir un bouton rose à sa braguette. Elle rédige un référendum, dans des termes juridiques qui seront avalisés par le service juridique fédéral. La collecte des signatures peut alors commencer.  
Si dans ce laps de temps 50'000 Suisses ont signé le référendum, il y aura un vote populaire à la majorité des votes exprimés.
Les autorités concernées doivent éditer une brochure explicative avec les textes de lois touchés, le point de vue des autorités et celui des référendaires. (Ce dernier texte est soumis à approbation par les référendaires, il ne peut donc pas être tendancieux), Cette brochure est jointe au matériel de vote.

Si le peuple dit non, la loi est enterrée et personne ne va démissionner. Le gouvernement ne sera pas renversé pour autant (je vous rappelle qu’il est élu par le parlement pour une législature complète.) Et le Président de la Confédération continuera sereinement à inaugurer des chrysanthèmes…

Si le ministre insiste pour avoir son règlement sur les boutons de braguette, il reformera une demande une bonne dizaine d’années plus tard en tenant compte du vote sanction du peuple et en cherchant un autre compromis.

En Suisse, il y a des lois qui ont mis 50 ans avant d’être adoptées. Ce fut long, mais ce fut l’expression de la volonté populaire.  
Pourtant ce sont les ritals qui disent :  Chi va piano va sano e chi va sano va lontano…*
(Les mauvaises langues rajoutent : ma non arriva mai** :-D)
      
* Qui va doucement va sainement et qui va sainement va longtemps.  
** Mais n’arrive jamais.

Cette procédure implique que ce sont les citoyens suisses qui votent leurs impôts.
L’impôt sur le revenu, qui est progressif, est la recette fiscale la plus importante.
La TVA est à 8% pour le taux plein. Et avec ça, les comptes de la Suisse sont moins pires que ceux de la France. Peut-être est-ce aussi du au taux de chômage de 3%....

Pour la prochaine : l’initiative constitutionnelle, l'exercice du droit de vote et le référendum obligatoire.
Blutch.

Posté par Blutch 001 à 01:50 - - Commentaires [24] - Permalien [#]
Tags : , , ,

03 juillet 2013

Blutch! S'il te plait, dessine-moi une démocratie. Phase trois.

Nous en étions restés aux élus et à la représentation proportionnelle.
Oui, je sais, en France ça fait tache. « Proportionnelle » ressemble à un gros mot, un truc machiavélique. D’aucuns disent une autoroute pour les fascistes.
En quoi la « Liberté », « l’Egalité » et la « Fraternité » peuvent-elles autoriser qui que ce soit à museler les 16% de Français qui votent FN…
Le scandale ne serait pas de voir 16% de députés FN. Il est dans le fait que les partis sensément démocratiques ne donnent pas d’espoirs au peuple au point de voir 16% des électeurs séduits par le racisme et la xénophobie.
Ceci dit, je ne vois pas de programme politique ni de fonctionnement foncièrement différent entre le FN et l’UMP. Quant aux socialistes…. Au vu de leurs dernières prouesses faut aimer la beaufitude franchouillarde…. Alors s’il fallait émettre des critères moraux, il y a bien peu d’élus qui le resteraient…
Entre Collard et Mariton, je ne vois pas plus de différences qu’entre Marine Copé et Jean-François le Pen 

La particularité suisse est que le vrai patron, le seul qui puisse dire « JE VEUX », c’est le peuple. Les élus sont des larbins, et plus tu montes dans les rangs, et plus ce sont des larbins.

J’explique :

Les élus dans les législatifs sont là pour pondre des lois qui correspondent à la volonté du peuple.
Dans les communes, ces élus élisent le Maire et son équipe.
Dans les cantons (= départements), ils élisent le Conseil d’état.
Sur le plan national, ils élisent le Conseil fédéral (7 ministres).
Ce sont des exécutifs, et comme leur nom l’indique, ils sont là pour exécuter les ordres reçus et non pour les donner.

Ils sont donc les larbins des assemblées législatives dont ils sont issus.

Le Président de la Suisse:
Pas de quoi faire bander un politocard français.....
C'est un des 7 ministres, il est élu pour une année afin de faire plaisir aux Présidents étrangers qui se croient importants sous la tonne de chaînes et de médailles diverses dont ils se sont affublés.

L’année du Président de la Suisse commence en décembre deux ans avant son sacre…
Tout se joue lorsqu’il faut choisir le vice-président. Une fois nommé à ce poste, le prochain mois de décembre qui lui tombe dessus le verra automatiquement élu président. Ce mois sera le plus important, puisqu’il va passer de fêtes en consécrations diverses et variées afin de lui rendre les honneurs qui lui sont du. C’est un peu comme des funérailles, mais avec la possibilité de trinquer avec le mort.
Durant l’année de son règne, il va non seulement devoir faire son boulot de ministre, mais en plus inaugurer des chrysanthèmes jusqu’à plus soif… A chaque visite d’Etat, c’est lui qui se colle la corvée de G.O. de la politique suisse. Inutile de dire que dès le mois de mars, il ne pense plus qu’à Noël et la joie de refiler la patate chaude au suivant…..
Donc, à l’inverse de la France, la Suisse garde ses ministres pour toute la législature et plus si affinités, mais elle change de président comme de chemise.

Malgré (ou à cause) de toutes ses différences, la Suisse est un pays qui fonctionne bien (disons bien moins mal que la France…) La TVA est à 8% et le taux de chômage est en recul, à 3 (trois) %.

Donc je résume :
Tout en haut de la pyramide du pouvoir, il y a : Le peuple
En dessous: les assemblées législatives.
En dessous encore : les organes exécutifs (Maires, Conseils d’Etat, Conseil Fédéral (ministres)
Le Président de la Suisse étant le porte parole du Conseil fédéral, on peut estimer qu’il est à son service…

Dans un pays où une ministre est limogée pour avoir osé réclamer du fric pour faire son boulot, j’admets que ça parait complètement surréaliste.
Mais il y a pire dans le meilleur….
Prochaine étape :
Comment la Suisse fabrique ses lois.
Blutch.

Posté par Blutch 001 à 17:50 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

25 juin 2013

Blutch ! S’il te plait dessine-moi une démocratie. Phase deux.

Nous en étions restés en 1291 et à ces trois cantons (Uri, Schwyz  et Unterwald) qui formèrent la Suisse primitive autour du lac des quatre cantons.

Bien justement, le 4e ne va pas tarder à rappliquer. En 1332, Luzern (qui n’a rien à voir avec l’herbe à vache) se radine : « Salut les potes, il parait qu’on s’éclate un max par chez vous, que le bailli Gessler s’est fait la malle à cause de Guillaume Tell et que même c’est mon héros préféré…. On peut entrer ? »
Le physionomiste a du lui trouver une bonne tête car ce fut le premier lac entièrement suisse.
Tu sais ce que c’est, plus il y a de monde, plus on rit, et plus ça attire des nouveaux.
Avant même que les Habsbourg reconnaisse la supériorité des Waldstättens sur ce qui deviendra bien plus tard la race ariano-autrichienne, Ils se retrouvent à 8 à taper sur tout ce qui bouge autour d’eux et faire ripaille avec l’argent de la dîme aux Habsbourg qu’ils ne paient plus…
Les soldats suisses étaient si réputés (et les débouchés économiques en Suisse si minces) qu’il y avait des mercenaires suisses dans toutes les armées. Dans le même temps, la Suisse guerroyait pour son compte en Italie du nord, avec de jolis succès.

Puis ce fut le clash, énorme, gigantesque :

Marignan…
François 1er, alliés aux Vénitiens, envoie ses mercenaires suisses combattre les armées du même bois.
Marignan ne fut pas la victoire de François 1er, mais la défaite de la Suisse contre des Suisses. Bref, une guerre fratricide et pas de quoi en faire un fromage dans les manuels d'histoire français.


Ces digressions historiques étant là pour expliquer que tant et aussi longtemps que les cantons suisses restaient de petites unités, on pouvait continuer d’aller sur la place pour voter, le bras droit levé et la main gauche sur le pommeau de l’épée. Comme ce ne fut plus le cas, il fallut de nouvelles solutions.
Des petits malins décidèrent qu’on pourrait élire un représentant pour tout un groupe de votants. Mais méfiants, les citoyens ont rétorqué que "C’est bien beau c’t’histoire, mais comment je fais si tu ne votes pas comme je veux ? Je prends mon épée et je te coupe en deux ?" ( Je te rappelle qu’on en était resté aux fiers soldats invincibles (sauf par eux-mêmes)).
Déjà à l’époque la Suisse était un pays de compromis (que ne ferait-on pour sauver son intégrité corporelle). Il fut donc décidé que si une loi ne convenait pas à la population, celle-ci pourrait s’y opposer dans une votation populaire.

Ainsi est né le référendum.

Oui, parce qu’en Suisse, « référendum » ça ne veut pas dire « plébiscite ».

Ce n’est pas non-plus le gouvernement qui décide qu’il y aura un référendum, car ça n’a aucun sens et aucun effet réel sur la vie politique.
Le sort final du référendum sur le traité européen est une gifle cinglante pour le mot démocratie et une insulte faite au peuple.
Ben tu vois, l’ex-fier-guerrier-suisse n’admettrait jamais qu’un politocard se foute pareillement de sa gueule. Et il ne le pourrait pas.

La naissance particulière de cette nation fait que son organisation politique est inverse à la France. En Suisse, l’unité politique est
la Commune.
Par soucis d’efficacité et de cohérence, elle délègue une partie de son pouvoir aux cantons, qui eux, en délèguent aussi une partie à la Confédération pour les mêmes raisons.

Si tu prends l’école :
Elle est communale jusqu’au bout du pupitre. C’est la commune qui paie ses instituteurs (elle reçoit des subsides du canton pour ça). Par soucis de cohérence, elle a délégué à son canton l’organisation des programmes scolaires, mais c’est la commission scolaire communale qui décide encore des dates des vacances. Actuellement une pure formalité, puisqu’elles sont coordonnées sur le plan cantonal.
Deux enfants d’une même famille pouvaient avoir des dates de vacances différentes au prétexte que le grand n’est plus en primaire…. (La coordination date de la 2e moitié du XXe S.). Les programmes scolaires sont toujours cantonaux, même s’ils tentent de les harmoniser. Organisée ainsi, l’école publique n’est pas en enjeu politique et j’en connais beaucoup qui aimeraient bien voir ça en France…..

- La commission scolaire, c’est quoi ça ?

- Bonne question, merci de l’avoir posée comme disait l’autre.
La commission scolaire primaire (par exemple) gère la ou les écoles des 5 premiers degrés. Elle est élue par le législatif communal et elle est formée d’adultes quelles que soient leurs nationalités. C’est elle qui gère l’école et qui engage les instits.
Voila pourquoi, en Suisse, l’école ne peut pas être l’otage de la politique. Même le maire ne peut aller à l’encontre de la commission scolaire…

L’élaboration d’une loi est chose complexe en Suisse et fera l’objet d’un prochain billet. Peut-être faut-il commencer par la représentativité des élus….

Dans ses péchés de jeunesse, la Suisse est aussi passée par le scrutin majoritaire. Puis, progressivement, ses citoyens ont pris conscience qu’il y avait un os. Un problème mathématique.

Faut dire que les Suisses savent compter…:-).
Quelle est la légitimité d’un élu au scrutin majoritaire dans un pays qui a 20% de population étrangère, dont seuls les hommes adultes (env. 35% de la population) votent avec une abstention de 50% et que le mieux placé des élus n’obtient que 40 % des voix ?
C'est un calcul de CM1 ou 2 qui semble hors de portée d'un député français, car le résultat devrait, en toute bonne logique démocratique, lui faire peur:
100 x 0,8 x 0,35 x 0,5 x 0,4 = 5,6%
Avec le vote de femmes, un peu moins de 12%.

Comment faire pour augmenter cette représentativité ?
1° le vote des étrangers. Ce droit est acquis dans pas mal de cantons et de communes, mais il dépend de scrutins locaux, donc aussi  du taux d’arriération des populations indigènes.
2° Le vote des femmes, acquis tardivement par des votations populaires faites dans la douleur, car l’ex-fier-guerrier helvète est assez long à la détente….
3° Certains cantons avaient introduits le vote obligatoire. Largement abandonné depuis, puisque la perception des amendes coûtait plus cher que les recettes. (Ben oui, je t’ai dit que les Suisses savent compter…)
4° Avec le scrutin à la proportionnelle intégrale.
Un parti qui obtient 30% des votes exprimés obtient 30% des sièges, point à la ligne. Hormis dans quelques cantons ultraconservateurs, aucun parti ne peut gouverner seul.

Par soucis de ne pas déconnecter les politiciens de la vie civile, aucun élu d’un quelconque législatif ne peut être professionnel. Que ce soit pour les communes, les cantons ou la confédération. Seuls les exécutifs peuvent être des professionnels.
Ce qui nous amènera à étudier la culture du compromis avec l’élaboration d’une loi.
A suivre.
Blutch.

Posté par Blutch 001 à 13:50 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , , ,

20 juin 2013

Blutch! S'il te plait, dessine-moi une démocratie. première époque.


T’as pas honte, Est-ce que tu imagines ce que tu vas me faire ramer pour t’expliquer ça!
Ce serait tellement plus simple si tu avais brusquement une crise d’amnésie, parce que je sens que tu vas me pourrir la vie avec des comparaisons à la con avec la raie publique française.


Alors, première leçon :
Démocratie n’est pas un gargarisme pour politocards, quoi que tu puisses en penser en écoutant leurs discours.
C’est bien intégré ?

Je devrais commencer par la Grèce, mais il parait que c’était pas le pied, rapport aux métèques qui n’étaient pas concernés par le droit de vote et même que les femmes étaient aussi dans la catégorie métèques.
Bon, pour ces dernières, il faudra en faire une abstraction si on veut parler de démocratie, parce que ça ne va pas remonter très loin si on prend ce paramètre en considération… Alors on fait comme si en considérant que l’homme est seul maître à bord après Dieu…. Et sa femme.
Et n'oubliez pas que si, en 45, de Gaulle a voulu le vote des femmes, c'est qu'il les pensait dépendantes de la curaille et que son parti de merde aurait ainsi plus de voix pour contrer les cocos.....
Si l'enfer est pavé de bonnes intentions, le paradis est jardiné d'embrouilles machiavéliques...

L’histoire de la plus vieille et finalement la seule démocratie moderne commence  dans des contrées inhospitalières des Alpes, au nord du massif du Gothard. Un truc du genre Monts des Carpates, mais en plus haut et sans Dracula.
Charlemagne bouffait les pissenlits par la racine depuis 4 siècles. Une grosse partie de l’Europe était sous la botte des Habsbourg, Présidents autoproclamés du Saint-empire-romain-germanique (déjà à l’époque le curé était mieux coté à l’argus que le péquenot moyen), lorsque 3 croquants…. fiers montagnards décidèrent qu’ils en avaient marre de payer des impôts à un seigneur qui n’était même pas foutu de venir les voir et de taper le carton avec eux.
Donc nos 3 gaillards   Arnold le mec pâle , Wa-te-faire-foutre et Werner Chauffard (historiquement connu sous leurs pseudos: Arnold de Melchtal, Walter Fürst et Werner Stauffarer ) décidèrent que trop c’est trop et que les baillis méritaient juste un pied au cul pour les téléporter sur Vienne. Ils décidèrent, ce 1er août 1291, que si un se trouve dans la merde, les autres viendraient à son secours. Tu vas rire, mais ce traité d’assistance a eu plus de chance que le franco-polonais d’avant 36…
Par contre, Rodolphe de Hab’ a très mal supporté le serment du Grütli, puisqu’il est mort peu après (mais rien ne prouve que ce soit un dégât collatéral).
Ils ont aussi décidé que y avait marre d’avoir des chefs et qu’ils n’allaient pas remplacer les baillis par des petits dictateurs locaux. Que d’or et d’argent (merci Béru) ils allaient demander leur avis aux cochons de payeurs… aux habitants concernés.
Donc voilà nos trois lascars embringués dans une rébellion « vite » mâtée par le clampin qui a remplacé Rodolphe. Heu oui, mâtée, c’est du moins ce qu’il espérait parce que la réalité est parfois rude à avaler, et pour ce qui est de vite, je te laisse juge…. Pour te donner une vague idée de la situation des gus : Tu imagines une rébellion dans la République d’Andore, et que voulant la mâter, la France se ramasse 3 pliées de suite.
C’est ce qu’ont vécu les Habsbourg avec Morgarten en 1315, Sempach en 1386 et Näfels en 1388. Après cette dernière bataille les Autrichiens jetèrent l’éponge avant d’admettre qu’il y a un accroc indélébile à leur territoire.

Dans la foulée de cette rébellion, ils ont aboli le servage, déclarant tous les hommes libres et égaux. Tu vois que tes révolutionnaires français n’ont rien inventé…
1291, première abolition de l’esclavage dans le monde. Ca terni la moindre l’éclat des révolutions des 18 et 19e siècle…
D'accord, il y a eu des marchands d'esclaves suisses, mais ils opéraient depuis la France et personne ne te parle de la moralité des Suisses, Tu veux que je te dessine une démocratie, pas une moralité...

Mais que ce passe-t-il donc dans cet embryon de Suisse. Avec un grand nombre d’illettrés, tu n’as pas de bulletins de vote possibles, d’autant moins que Gutenberg, ce faignant, va encore procrastiner 150 ans avant d’inventer l’imprimerie. Donc le plus simple est de convoquer tout le monde sur la place du village pour une Landsgeimende.
Comment ça marche ?
Tu as tout le monde sur la place, avec l’épée à la ceinture pour bien montrer que tu es un homme libre (oui, je sais, les femmes, c’est bien plus tard…) On t’explique la chose à voter, ceux qui le veulent s’expriment, on remanie le texte si nécessaire et ceux qui sont pour lèvent la main droite. On compte les mains et le tour est joué. C’est le peuple qui a décidé. Les lobbyistes n’ayant pas le droit de porter l’épée, ils ne pouvaient pas entrer sur la place pour aller tenir la main des votants… Ils se sont bien rattrapés depuis avec les dépités…

 Ca marchait bien parce que les cantons étaient peu peuplés (cette coutume est encore utilisée dans un ou deux petits cantons).  
C’est de cette organisation qu’est née l’idée de la démocratie directe.
Mais comme je vais aborder un concept totalement abstrait pour un Français pure souche, je te laisse le temps de la réflexion pour ingurgiter ce qui précède…..
Blutch               

Posté par Blutch 001 à 22:17 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , ,